Avec son essai « Présentes », Lauren Bastide veut sortir les femmes de leur invisibilité

0
4

Challenges

Femmes

Par

Laure Croiset

le 16.09.2020 à 07h30

Lauren Bastide est la créatrice du podcast féministe « La Poudre » qui revendique à ce jour plus de 10 millions d’écoutes. En septembre, la journaliste et cofondatrice du studio de production Nouvelles écoutes publie un essai à la fois inspirant et percutant, « Présentes », afin de sortir les femmes de leur invisibilité. 

Son essai est à la fois inspirant et percutant. Lauren Bastide, la créatrice du podcast féministe La Poudre, qui revendique à ce jour plus de 10 millions d’écoutes, publie en ce mois de septembre Présentes – Ville, médias, politique… quelle place pour les femmes? (Allary Editions). « Ce qu’il y a de plus redoutable dans l’invisibilisation des femmes, c’est qu’elle est invisible », écrit la journaliste et cofondatrice du studio de production Nouvelles écoutes en guise d’introduction. Afin de sortir les femmes de cette invisibilité, Lauren Bastide appuie son récit qui s’inspire de conférences accordées cette saison au Carreau du temple, par de nombreux chiffres. « Comptabiliser la présence des femmes est important », explique l’autrice à Challenges. « Si on ne compte pas, on ne voit pas. Il n’existe pas de radars internes pour vérifier que les femmes sont aussi présentes que les hommes ».

Articulé autour de trois grandes thématiques « Présentes dans la ville », « Présentes dans les médias » et « Présentes en résistance », cet ouvrage ultra-documenté vient rappeler par exemple que seulement 4% des rues en France portent des noms de femmes. Ou bien encore que dans l’Hexagone, les femmes continuent d’être payées en moyenne 18,5% de moins que les hommes pour un travail équivalent à temps plein.

« Je suis devenue féministe parce que j’étais journaliste », affirme Lauren Bastide, qui a exercé pendant dix ans au sein de la rédaction de Elle et rappelle les chiffres officiels de la présence des femmes dans les médias. « Plus de sept directeurs de rédaction sur dix sont des hommes, et les femmes ne représentent que 18% des experts interrogés dans les émissions de débat et les colonnes des journaux ». 

La crise du Covid-19 a illustré des déséquilibres persistants en matière de parité hommes-femmes dans les médias, selon des études du CSA et de l’INA. Globalement, le CSA a compté 41% de femmes contre 59% d’hommes. Les femmes étaient surreprésentées parmi les témoins lambda (55%), notamment les parents, et dans les témoignages de professionnels de santé (52%); mais leur taux chute à 24% chez les personnalités politiques et à 20% chez les experts (contre 38% dans les programmes de 2019). « Le chiffre qui m’interpelle le plus est la baisse de la présence des femmes expertes dans les médias en 2020 », s’inquiète Lauren Bastide qui a rejoint l’association de femmes journalistes Prenons la une. « Cette situation est préoccupante et démontre bien qu’en période de crise, le réflexe de faire appel à des hommes experts est profondément ancré dans les esprits ».

Or, il est important de faire un effort pour mettre en avant les femmes expertes, d’autant qu’il existe des outils comme le site Les Expertes. Mais il s’agit aussi de consentir à faire cet effort. « Le confinement a été un moment d’exacerbation pour les inégalités entre les hommes et les femmes », souligne l’autrice de Présentes. « Ces inégalités ont aussi bien touché les professions qui étaient en première ligne comme les caissières et les infirmières, que les femmes cadres ou les chercheuses. Les femmes, au sein des couples hétérosexuels, se sont retrouvées à gérer les tâches ménagères et l’école à la maison, pendant qu’à la télévision et à la radio, on voyait se succéder des hommes ». 

Au-delà de la réalité des chiffres, cet essai aux contours parfois très personnels propose un véritable plan d’action. « Il est primordial de rééquilibrer et de revaloriser la parole des femmes dans la sphère publique, médiatique et politique, il faut redonner du poids à leur expertise et multiplier les récits des femmes, afin de casser les stéréotypes et de laisser place à la nuance », fait savoir Lauren Bastide. « Je pense qu’il s’agit de favoriser la création féminine via une politique volontariste chiffrée, en favorisant si nécessaire l’instauration de quotas. En ce sens, je salue le travail réalisé dans le milieu du cinéma par le collectif 50/50 pour 2020. C’est en faisant émerger les récits de femmes et en remodelant le visage de la culture que les femmes sortiront de leur invisibilité ». 

Autre levier d’action pour l’autrice qui qualifie #MeToo comme « un véritable moment de révolution féministe »: la sororité. « La sororité est un outil féministe puissant. Il faut qu’on se serre toutes les coudes, mais aujourd’hui on tend encore trop souvent à oublier les femmes les moins privilégiées de la société », affirme Lauren Bastide. « Au quotidien, cela se joue à peu de chose », écrit-elle. « Une démarche, un maintien, une façon de tracer tout droit dans la ville à grands pas décidés, en baskets, mains dans les poches. Une manière de soutenir le regard de son interlocuteur et d’exprimer ses idées sans s’en excuser. Comme le dit l’entrepreneure Marie Dasylva, il faut ‘arriver dans une pièce avec la confiance d’un homme blanc du CAC 40′ ». Nous avons pendant longtemps été polies, mais cela n’a pas suffi! Il va falloir faire la révolution. Et nous avons toutes les moyens d’agir à notre hauteur », résume Lauren Bastide qui conclut son ouvrage en citant la tribune de la romancière Virginie Despentes publiée dans Libération le 1er mars 2020. « C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde ».

Coronavirus

Votre adresse nous sert à envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en écrivant à l’adresse [email protected]

Votre adresse nous sert à envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en écrivant à l’adresse [email protected]

Source: https://www.challenges.fr/femmes/avec-son-essai-presentes-lauren-bastide-veut-sortir-les-femmes-de-leur-invisibilite_727092

Lauren Bastide

Actu monde – FR – Avec son essai « Présentes », Lauren Bastide veut sortir les femmes de leur invisibilité