Bernard Debré, le franc-parler du médecin ministre

0
5

« De l’hôpital à la politique, Bernard Debré fut toute sa vie un homme d’action. Les Français perdent un engagé qui, en héritier du gaullisme, n’hésitait jamais à sortir des cadres et à dire le vrai dès qu’il s’agissait de l’intérêt du pays. Pensées à sa famille et à ses proches. » (Emmanuel Macron, le 13 septembre 2020 sur Twitter).

Médecin et parlementaire, mais plus médecin que parlementaire, car il n’a jamais eu de « langue de bois », son parler crû pouvait d’ailleurs lui nuire, du moins politiquement, et paradoxalement, il fut ministre avant son frère qui était beaucoup plus politique que lui. L’ancien ministre et urologue réputé, le professeur Bernard Debré, qui vient de mourir ce dimanche 13 septembre 2020 d’une sale maladie à quelques jours de ses 76 ans (il est né le 30 septembre 1944 à Toulouse), était issu d’une grande famille républicaine qui a donné quelques figures marquantes.
Lui-même médecin et homme politique fut à la croisée des chemins de son père Michel Debré (1912-1996), premier Premier Ministre de De Gaulle comme ce dernier aimait le clamer, et auteur de la Constitution de la Cinquième République, et de son grand-père, le professeur Robert Debré (1882-1978), grand médecin qui a été le pionnier de la pédiatrie moderne. Son frère jumeau (faux jumeau) Jean-Louis Debré a eu lui-même une grande carrière politique comme Ministre de l’Intérieur, Président de l’Assemblée Nationale et Président du Conseil Constitutionnel (« gardien du temple de papa »). À eux, on peut aussi ajouter leurs oncles Claude Debré (1913-2015), médecin, et Olivier Debré (1920-1999), peintre réputé (connu pour ses œuvres relevant de l’abstraction lyrique) et dont un fils Patrice est aussi un médecin (immunologiste).
Mais il y aurait une vraie injustice à vouloir présenter Bernard Debré d’abord comme le fils de son père, voire le petit-fils de son grand-père, et même, le frère de son frère. Il l’est, certes, mais il est d’abord lui, avec son mérite personnel et sa personnalité bien trempée.
La carrière universitaire du professeur Bernard Debré fut prestigieuse, il était ce qu’on appelle encore aujourd’hui un mandarin, il était à la fois médecin (praticien), universitaire (enseignant) et chercheur, spécialisé dans l’urologie, et par conséquent, également chirurgien. Il fut chef du service d’urologie à l’hôpital Cochin et à ce titre, il a supervisé les opérations de la prostate du Président François Mitterrand atteint d’un cancer (il n’a pas lui-même opéré). On pouvait être membre de l’opposition et tout faire pour que son « adversaire suprême » fût le mieux soigné possible, bien sûr.
Bernard Debré aurait d’ailleurs conseillé à François Mitterrand d’aller jusqu’au bout de son second septennat. Dans son livre « Un homme d’action » (éd. Stock) sorti le 29 octobre 2015, il a en effet affirmé qu’après la seconde opération le 16 juillet 1994, François Mitterrand lui a dit : « Je suis fatigué, j’en ai assez, je n’en peux plus. Je vais démissionner. ». Mais Bernard Debré lui a répondu : « Ne faites surtout pas ça ! Si vous arrêtez de travailler, vous allez mourir ! Continuez à faire de la politique, à nous ennuyer, nous, votre opposition ! C’est ce qui vous maintiendra en forme… ». Je me souviens qu’à l’époque, il y avait de fortes rumeurs de démission et René Monory, le Président du Sénat, se préparait à assurer l’intérim présidentiel.
Pour ses qualités de médecin, Jacques Chirac, puis Nicolas Sarkozy l’ont nommé membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) de 1986 à 1988, puis de mars 2008 à sa mort. Selon Matthieu Deprieck de « L’Express » le 12 octobre 2013 : « Seul Bernard Debré, député UMP de Paris et urologue reconnu, se vante d’avoir opéré des collègues parlementaires, « une cinquantaine, de droite comme de gauche ». ».
La vie politique de Bernard Debré a été un peu plus chaotique. Il a commencé sa carrière politique en étant élu député RPR en mars 1986 au scrutin proportionnel dans le département d’Indre-et-Loire où son père, Michel Debré, par ailleurs député de La Réunion, fut maire d’Ambroise de juillet 1966 à mars 1989. Ainsi, entre mars 1986 et mai 1988, trois Debré furent élus députés : Michel et ses deux fils Jean-Louis et Bernard pour lesquels ce fut le premier mandat.
En juin 1988, Bernard Debré chercha donc à s’implanter localement dans la circonscription Tours-Amboise en Indre-et-Loire. Il fut réélu ainsi député le 12 juin 1988, mais de justesse, avec 51,0%, et encore réélu le 28 mars 1993 avec 59,5%, sur son nom (et prénom), au scrutin majoritaire.
Parallèlement, en mars 1989, il se présenta aux municipales d’Amboise, fut élu conseiller municipal d’opposition, puis, fut élu maire d’Amboise en décembre 1992, réélu en juin 1995, jusqu’en mars 2001. En décembre 1992, le maire DVG a en effet dû démissionner après l’implosion de sa majorité en raison d’un projet municipal suscitant de fortes résistances, ce qui a provoqué une élection municipale partielle qui profita à Bernard Debré, devenu le patron de la fédération du RPR d’Indre-et-Loire et soutenu par son père (évidemment) mais aussi par Philippe de Villiers, qui a failli être élu dès le premier tour (avec 48,7% suivi par un autre conseiller général se disant gaulliste avec 28,7%). En mars 2001, en revanche, Bernard Debré fut battu par la liste DVG de Christian Guyon au second tour (au premier tour, il n’avait fait que 38,2%). Bernard Debré fut aussi élu conseiller général de mars 1992 à mars 1994, ainsi que vice-président du conseil général d’Indre-et-Loire, il a succédé dans le canton d’Amboise à son père.
Au-delà de ces péripéties locales, Bernard Debré fut nommé par le Premier Ministre de cohabitation Édouard Balladur dans son gouvernement comme Ministre de la Coopération du 12 novembre 1994 au 11 mai 1995, succédant à Michel Roussin contraint de démissionner pour cause d’affaire judiciaire. Pendant la campagne présidentielle, Bernard Debré a soutenu activement la candidature d’Édouard Balladur tandis que son frère Jean-Louis Debré est resté fidèle à Jacques Chirac. On peut imaginer l’idée curieuse que le chef du service d’un important hôpital parisien qui soignait le Président de la République soit devenu son ministre …et adversaire politique.
Après l’échec à l’élection présidentielle, ce fut sans surprise que Bernard Debré ne fût pas reconduit au gouvernement. En demandant à son suppléant de démissionner de son mandat de député, il a ainsi provoqué une élection législative partielle pour reconquérir son siège (beaucoup de membres du gouvernement sortant ont fait de même), mais il fut battu au second tour le 24 septembre 1995 par le candidat socialiste (49,5% contre 50,5%). Au premier tour le 17 septembre 1995, Bernard Debré n’avait recueilli que 42,8% face à 34,5% au candidat socialiste.

/* */
Bernard Debré a été victime, probablement, d’un effondrement de la popularité du nouveau gouvernement dirigé par Alain Juppé. Néanmoins, pas seulement, car ceux des autres candidats à ces élections partielles qui avaient une bonne implantation locale furent largement réélus (Nicolas Sarkozy à Neuilly-sur-Seine, Bernard Bosson à Annecy, Édouard Balladur à Paris, etc.), ce qui montrait la mauvaise implantation locale de Bernard Debré sur une terre pourtant « familiale » (mais comment peut-on être à la fois à l’hôpital, au ministère, dans sa mairie et dans sa circonscription ?).
En juin 1997, Bernard Debré se présenta de nouveau dans sa circonscription d’Indre-et-Loire, mais fut de nouveau battu par le député socialiste sortant avec 47,6% contre 52,4%. Battu deux fois en septembre 1995 et juin 1997 aux législatives, une fois en mars 2001 aux municipales à Amboise, c’est clair que son implantation locale n’a jamais été acquise.
Bernard Debré tenta de faire un « come-back » à Paris même. Et cela en deux temps : il a d’abord cherché à retrouver un mandat de député à Paris, en profitant de la retraite d’un député UDF en fin de parcours. Ensuite, il est parti à la reconquête de la mairie de Paris.
Élu sans discontinuité député du nord du 16e arrondissement de Paris depuis juin 1975, Gilbert Gantier (1924-2011) a démissionné en avril 2004 pour prendre sa retraite. En juin 2002, lors de sa dernière réélection, Gilbert Gantier avait obtenu 53,1% avec l’investiture de l’UDF face à Laurent Dominati, fils de Jacques Dominati (un élu parisien de longue date), investi par l’UMP. Rappelons que l’UMP (fusion du RPR et d’une partie de l’UDF) a été réalisée en avril 2002 et que Gilbert Gantier comme Jacques Dominati, tous les deux adjoints au maire de Paris Jacques Chirac, étaient à l’origine des giscardiens (RI puis PR). Le soutien de l’UDF à partir de 2002 signifiait avant tout le soutien de François Bayrou (candidat à l’élection présidentielle en 2002).
Bernard Debré s’est donc présenté à l’élection législative partielle pour remplacer Gilbert Gantier en candidat « dissident » : Bernard Debré, initialement RPR, fut soutenu par Gilbert Gantier, par l’UDF et par François Bayrou, tandis que son concurrent Laurent Dominati avait l’investiture de l’UMP. Au premier tour le 20 juin 2004, Bernard Debré a réussi son parachutage parisien avec 59,0% des voix contre 20,4% à Laurent Dominati, mais à cause d’une très faible participation (30,6%), il a fallu un second tour qui n’était qu’une formalité. Notons pour l’anecdote qu’à ce premier tour, un candidat se prétendait issu de l’UDF mais n’avait pas le soutien de l’UDF, Marc Stehlin, qui devait être probablement de la famille du général Paul Stehlin (1907-1975), député de la circonscription de juin 1968 jusqu’à sa mort le 22 juin 1975, et son suppléant Gilbert Gantier lui avait ensuite succédé…
Après son élection, Bernard Debré s’est inscrit apparenté au groupe UDF, puisque soutenu par l’UDF et ayant battu un candidat UMP. Cependant, il quitta l’UDF pour rejoindre le groupe UMP en juillet 2005, après la motion de censure votée par François Bayrou contre le gouvernement de Dominique de Villepin. Aux législatives de juin 2007 et de juin 2012, Bernard Debré fut réélu député UMP et ne s’est pas représenté aux élections législatives de juin 2017, permettant à Brigitte Kuster, qui avait été sa concurrente UMP dissidente en 2012 (23,0% au premier tour contre 45,1% à Bernard Debré) d’être élue députée UMP au second tour avec 51,5% contre 48,5% à la candidate LREM (alors qu’au premier tour, la candidate LREM avait eu 46,0% et Brigitte Kuster seulement 36,4%).
En juin 2012, sa circonscription s’est agrandie d’une partie du 17e arrondissement, en plus du nord du 16e arrondissement. Bernard Debré, soutenu par Claude Goasguen et par le suppléant de Françoise de Panafieu, avait présenté sa candidature aux législatives de 2012 dès le 17 juin 2010 sur les terres de Françoise de Panafieu (députée du 17e arrondissement, mais les deux circonscriptions n’en font plus qu’une à partir de juin 2012 !). Lors d’un meeting le 16 juin 2010, Alain Minc, soutien de Françoise de Panafieu, lâchait d’aileurs : « À la grossièreté, Bernard Debré ajoute la bêtise ! ».
En 2004, Bernard Debré avait en outre annoncé qu’il serait candidat à la mairie de Paris (qui avait été conquise par le socialiste Bertrand Delanoë en mars 2001, en battant Philippe Séguin). Non seulement il était candidat, mais il refusait de s’inscrire dans le processus de désignation du candidat UMP qui a abouti à l’investiture de Françoise de Panafieu pour les élections municipales de mars 2008. En fait, Bernard Debré a négocié avec Françoise de Panafieu (qui était députée-maire du 17e arrondissement) pour retirer sa candidature et obtenir en compensation d’être le troisième de liste pour la mairie du 16e arrondissement. Il fut donc élu conseiller de Paris en mars 2008 et le resta jusqu’en juin 2020 (réélu en mars 2014, mais voir plus loin).
Réduisant ses ardeurs, Bernard Debré avait l’ambition d’être maire du 16e arrondissement puisque Pierre-Christian Taittinger avait décidé de prendre sa retraite. Mais l’autre député du 16e arrondissement, Claude Goasguen (1945-2020), voyait les choses autrement puisqu’il fut maire du 16e de mars 2008 à juillet 2017. Voyant le 16e arrondissement « pris », Bernard Debré annonça le 5 novembre 2012 sa volonté d’être élu maire …du 17e arrondissement aux élections municipales de mars 2014. Mais la maire du 17e arrondissement était Brigitte Kuster, sa concurrente aux législatives, depuis mars 2008 (et le resta jusqu’en juillet 2017). Finalement, il s’est retrouvé en deuxième de liste de Brigitte Kuster, si bien qu’il fut réélu conseiller de Paris en mars 2014, mais sur le 17e et plus le 16e arrondissement !
Au-delà du médecin, au-delà du politique, Bernard Debré fut aussi un homme des médias, très présent dans le paysage audiovisuel français, et même dans la presse et aussi dans l’édition (il a publié une vingtaine d’essais ainsi qu’un traité d’urologie en quatre tomes), pour commenter l’actualité, apporter ses idées, alerter sur certaines informations (notamment, avec le pneumologue Philippe Even, le très polémique « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », éd. Le Cherche Midi en 2012, qui a valu quelques déboires aux auteurs par l’ordre des médecins).
Ainsi on pouvait l’entendre ou le lire sur RMC (« Les grandes gueules »), à « Valeurs actuelles », sur France 3. Parmi ses sujets, le génocide rwandais, lui qui fut Ministre de la Coopération peu après ce massacre. Les chaînes adoraient l’inviter sur les plateaux de télévision car il ne laissait pas sa langue dans sa poche. Son franc-parler créait toujours quelques remous dans son entourage. Pour terminer cette petite esquisse de Bernard Debré, je propose donc quelques-unes de ses « saillies »…
Le 15 juin 2012, dans une lettre ouverte à Valérie Trierweiller : « En France, l’amour est roi et les nouveaux couples qui se forment, surtout en politique, attirent plutôt la bienveillance. (…) Vous n’avez, Madame, aucune existence légale d’autant plus que vous n’êtes ni mariée, ni pacsée. Que dirait-on d’un Président de la République qui accumulerait les « premières dames » comme on accumule des amies ou des flirts ? (…) Au nom de quoi l’État doit-il s’occuper de votre secrétariat pléthorique ? (…) Il semblerait qu’à la Bastille, lorsque François Hollande a « claqué la bise » sur les deux joues de Ségolène Royal, vous avez exigé qu’il vous embrasse sur la bouche pour montrer la différence de statut ! Cet acte était sinon puéril du moins cruel. Voici maintenant qu’en femme moderne, vous tweetez. Vous avez réussi, par vos bavardages, à ébranler la compagne électorale et à ridiculiser la France. (…) Taraudée par la jalousie. (…) Ce petit tweet de rien du tout a été le révélateur, Madame, d’un malaise que les Français n’osaient pas admettre, qui mélange la faiblesse du Président de la République et la méchanceté de sa compagne. ».
Le 27 juin 2014 sur Sud Radio, à propos du budget de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2012 : « C’est un homme qui est pétulant, plein de vigueur. C’est ça qui donne le danger. Quand il a fait campagne, on lui disait « mais attends Nicolas, Nicolas, on dépasse ! ». « M’en fous, quoi ! Qu’est que ça veut dire ? Quand je serai élu, quand je serai élu ! Tu veux que je sois pas élu, tu veux que je sois battu ? » (…) Bon, c’était impossible de gérer, donc il était au courant, c’est de sa faute, bien sûr. ».
Au lendemain de la désignation de François Fillon à la primaire LR, dont il était un chaud partisan, Bernard Debré a déclaré le 28 novembre 2016 sur iTélé, à propos de l’appel du candidat Emmanuel Macron à François Bayrou : « C’est un peu pitoyable. Macron, on a l’impression que c’est un peu une sangsue. C’est-à-dire que quand il y avait le premier tour [de la primaire LR], il est apparu quasiment le jour ou la veille en disant : « Je suis là ! je suis là ! ». Maintenant qu’il y a le deuxième tour, il dit : « Je suis là, ne m’oubliez pas ! » (…). Lui, il est tout seul, alors il essaie désespérément d’aller soudoyer, j’allais dire, récupérer quelques voix. C’est un peu triste. ».
Dans « La Nouvelle République » du 4 octobre 2018 (à l’occasion du 60e anniversaire de la Constitution), Bernard Debré a donné son sentiment sur les institutions actuelles : « Modifier la Constitution, c’est un travers français. Dans les autres pays comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, ça ne change jamais. (…) Il faut que cette Constitution reste un socle, un élément de stabilité. (…) Nous l’avons vue progressivement se transformer, puisqu’elle a subi vingt-quatre modifications depuis 1958 dont certaines totalement stupides, comme le passage au quinquennat. Faire coïncider l’élection présidentielle avec les législatives, ça engendre des raz-de-marée pour le parti du Président élu, ça lui donne encore plus de pouvoirs et on se retrouve souvent avec des députés godillots à l’Assemblée. Ce n’est pas ça, l’esprit de la Cinquième !! ».
Et je termine sur un sujet très grave et très récent, la fin de vie, qu’il vient lui-même, hélas, d’expérimenter dans la souffrance et la maladie. Dans une interview à Atlantico le 8 septembre 2020, Bernard Debré a évoqué l’appel d’Alain Cocq du 4 septembre 2020 qui a cessé cependant sa grève de la faim et de tout traitement la veille (j’y reviendrai peut-être plus tard). Le député de Paris a commenté les pressions sur l’euthanasie : « Les militants de l’euthanasie feignent de ne pas voir ce qui existe déjà pour aider les patients en fin de vie. ».
Il a expliqué : « Ce que l’on a aujourd’hui comme matériel ou possibilité est largement suffisant, lorsque l’on a quelqu’un qui souffre, il faut l’empêcher de souffrir. S’il souffre très fort, il faut augmenter les doses même si cela abrège la vie. Il y a une finalité qui est d’abord l’antalgique. ».
Et de mettre les points sur les i : « Ici, nous sommes dans l’émotionnel, et nous n’allons pas mettre fin à la vie de tous les Alzheimer. (…) Quand quelqu’un est en fin de vie, il faut qu’il puisse rentrer dans un coma artificiel et la loi Leonetti [précisément, la loi Claeys-Leonetti] autorise parfaitement l’administration de produits extrêmement fort allant abréger la vie. Il faut faire extrêmement attention à ce genre de réflexion. Quelqu’un qui a des troubles psychiatriques et affirme vouloir se suicider est une situation extrêmement dangereuse qui ne doit pas être gérée par les médecins. Nous avons fait la loi Leonetti qui est une loi équilibrée qui permet de soulager les douleurs même si cela abrège la vie. (…) Mais la volonté initiale n’est pas de tuer. ».
Et de terminer ainsi : « Le politique n’a pas à se mêler de cela (…). Si cet homme souffre trop, on va lui donner des antalgiques à base de morphine et on va augmenter les doses jusqu’à ce qu’il ne souffre plus, même si cela abrège la vie. Quand quelqu’un est dans un état comateux et qu’il n’y a rien à faire, on le fait rentrer dans un coma profond. ».
On ne pourra pas dire que ses dernières déclarations n’étaient pas mûrement réfléchies. Bernard Debré est mort du cancer le 13 septembre 2020. RIP.Aussi sur le blog.Sylvain Rakotoarison (13 septembre 2020)http://www.rakotoarison.eu
Pour aller plus loin :UMP : le scalpel tranchant de Bernard Debré.Jean-Louis Debré.Michel Debré.Bernard Debré.Christian Poncelet.Patrick Devedjian.
 

Rappelons que c’est Bernard Debré qui, alors que Bertrand Delanoë tentait d’implanter des HLM dans le 16e où l’habitat social est pratiquement inexistant, a qualifié ce type d’immeubles à vocation populaire d’« immondices ». 

@FergusBonjour FergusChut ! il ne faut pas parler de ce qui fâche. Maintenant qu’il est mort, on doit le parer de toutes les vertus.Même style de nécro que celle de Christian Poncelet qui lui aussi devait être un homme remarquable et à l’abri de toute critique, selon l’auteur.

Sûr que ce n’est pas avec la camelote que nous refile Roko que nous allons faire un bon compost…

Ce sont des déchets ultimes la plupart du temps, des sous-produits de la bourgeoisie, qui a la base était déjà un état de macération de la communauté, une impasse de l’évolution qui fera disparaître l’humanité physiquement, spirituellement, c’est déjà fait.

@Fergus« Rappelons que c’est Bernard Debré qui, alors que Bertrand Delanoë tentait d’implanter des HLM dans le 16e  »Oh le monstre ! Critiquer les inepties de la gauche est un devoir.

J’ai évoqué ce scandaleux propos dans un article de 2011 centré sur le type d’habitat dont rêvait ce grand « humaniste » pour le 16e arrondissement :Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha ».

En 2009, il avait qualifié la grippe H1N1 de grippette et il avait bien raison. Mais c’était pas bien pour la Bachelot qui a acheté quand même des millions de vaccins (un petit conflit d’intérêt, non ?) C’est bizarre comme l’histoire bégaie grâce à tous nos mougeons.

Article que nous devons aussi, et directement, au regretté Bernard Debré que nous saluons ici tant pour son action professionnelle de toujours que pour son action politique.

Marre de ces articles qui font peu ou prou le panégyrique de gens qui ont plongé la France, années aprés années dans une catastrophe sans nom, pauvre pays segmenté, communautarisé, où il est interdit de plaisanter, rouler, dire la vérité,, où une minorité militante tient d’une main de fer les médias pour asséner en boucle les mêmes mensonges

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

http://www.rakotoarison.eu

« Seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel. »

Citation de la philosophe Simone Weil tirée de son livre « L’Enracinement » (éd. Gallimard) publié après sa mort, en 1949.

« La contestation peut être vive, le jugement sévère, mais à condition de se tenir à un certain niveau intellectuel et moral qui n’en rend que plus (…)

France

Politique

Santé

Paris

Histoire

Démocratie

Citoyenneté

Elections

Institutions

UMP

UDF

Médecins

Euthanasie

Carrière politique

Les Républicains

Hôpital

François Mitterrand

Médecine

Marre de ces articles qui font peu ou prou le panégyrique de gens qui ont plongé la France, (…)

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP,
Apache, Ubuntu,
PHP, MySQL,
CKEditor.

A propos /
Contact /
Mentions légales /
Cookies et données personnelles /
Charte de modération

Source: https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/bernard-debre-le-franc-parler-du-227078

Bernard Debré, Jean-Louis Debré, Michel Debré

Actu monde – FR – Bernard Debré, le franc-parler du médecin ministre