Boycott au MRC : Voici pourquoi Maurice Kamto n’a pas dit toute la vérité

0
150
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

C’est l’information de la semaine. Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) n’ira pas aux élections législatives et municipales du 09 février 2019. Pour justifier cette décision, les responsables du parti évoquent entre autres, la non-modification du code électoral, la crise anglophone et les difficultés des militants du parti à constituer leurs dossiers de candidature.

La décision de Maurice Kamto étonne jusqu’au sein de son parti. Même si certains militants refusent de reconnaitre leur déception, d’autres préfèrent utiliser d’autres mots comme « regret », « décision difficile »… pour désigner leur malaise. Les raisons évoquées par le président du MRC pour soutenir sa démarche peuvent étonner plus d’un car les situations décrites par Maurice Kamto ne sont pas nouvelles.

Le MRC savait qu’il y avait la guerre au Nord-ouest et au Sud-ouest (Noso) du Cameroun depuis 2017 mais cela ne l’a pas empêché de participer à l’élection présidentielle du 2018. Le conseil constitutionnel qu’il critique ainsi que le code électoral étaient les mêmes avant cette élection. Il n’y avait aucune situation nouvelle lorsque le président du Mrc avait annoncé à sa sortie de prison que son parti se préparait pour élections législatives et locales.
Maurcie Kamto n’aurait donc pas dit toute la vérité au Camerounais. La preuve, une bonne partie de son comité directoire n’était pas courant de cette décision. Tiriane Noah, la deuxième vice-présidente du parti a été mis au parfum de la décision quelques heures avant la conférence de presse du 25 novembre. Elle continuait sévertuait à constituer son dossier en toute ignorance.

« Il y a quarante-huit heures, j’ai été investi comme Candidat député dans le Mfoundi. Mais ce n’est qu’hier matin que l’on m’a remis à Yaoundé mon extrait d’acte de naissance, une semaine après moult péripéties », avait-elle publié sur sa page Facebook. Malgré tout, elle reste fidèle à son maître et le défend.

« Notre pays le Cameroun nous l’aimons. Notre pays nous ne voulons pas le diviser. Les francophones ont autant de droit que les anglophones. Eux aussi, ils veulent voter, choisir leur représentant. Alors leur refuser le vote, c’est considérer qu’ils ne sont pas Camerounais. Au MRC, nous disons NON à ces élections, les anglophones sont camerounais », écrit-elle.

Sa camarade Me Michèle Ndoki, elle est moins radicale. Dans une publication sur sa page Facebook, elle laisse entendre qu’elle n’ira pas aux élections parce que Maurice Kamto l’a décidé ; preuve que la base n’était pas associée.
« A tous ceux qui se demandent comment je réagis à l’annonce du boycott des élections par le MRC veuillez noter deux points ouvrez les guillemets mon père ne veut pas le mariage virgule je ne me marie pas fermez les guillemets point », a-t-elle déclaré.

Source: Camerounweb.com

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here