Centre de détention aux USA : des hystérectomies abusives ? Les ONG crient au scandale !

0
4

Dans un centre de détention situé aux États-Unis, un phénomène aurait tendance à prendre de l’ampleur. Les ONG ont décidé de frapper du poing sur la table.

Une hystérectomie consiste à enlever l’utérus, que ce soit une partie ou l’intégralité. Les conséquences sont définitives puisque la femme ne peut plus avoir d’enfants. Il s’agit d’un acte chirurgical réalisé par des professionnels de la Aux États-Unis, les ONG ont dénoncé des pratiques dans un centre de détention, car des hystérectomies seraient réalisées sur des migrantes qui rejoignent cet établissement qui se situe en Géorgie. Un dépôt de plainte a donc été effectué dans la journée de lundi pour que cela cesse.

 

Que se passe-t-il dans ce centre de détention américain ?

Selon les informations relayées dans les médias internationaux et par l’Agence France Presse via Paris Match notamment, nous apprenons que ces hystérectomies auraient lieu dans un centre de détention. Ces pratiques ont pu être dévoilées grâce à une infirmière qui a décidé de prendre la parole notamment en informant les ONG. Ces dernières ont décidé d’enquêter et elles ont porté plainte auprès du gouvernement des États-Unis.

  • Ces migrantes sont envoyées en centre de détention par une agence de police douanière à savoir la US Immigration and Customs Enforcement.
  • Lorsque les autorités constatent qu’elles sont en situation irrégulières sur le territoire, elles sont donc envoyées dans des centres de détention dont celui de Georgie.
  • L’infirmière révèle qu’elle a rencontré des femmes qui avaient subi une hystérectomie.
  • Project South, l’une des ONG qui a décidé de porter plainte a pu rassembler quelques témoignages, dont celui de l’infirmière.

Elle estime que cela ressemble à des expérimentations comme celles menées dans un camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. L’infirmière aurait donc reçu des plaintes de ces migrantes qui avaient subi ces hystérectomies dites abusives puisqu’elles ne doivent pas être consenties. Les déclarations font froid dans le dos puisqu’un médecin était à l’origine de ces actes chirurgicaux et selon elle, il effectuait ces hystérectomies sur environ tout le monde. De plus, les migrantes assurent qu’elles n’ont jamais été mises au courant de la réalisation de cet acte qui rappelons-le est définitif.

 

Une plainte déposée en faveur des migrantes aux USA

Plusieurs ONG ont pu rejoindre le mouvement et elles ont décidé de porter plainte pour faire valoir la parole de ces migrantes. Parmi les organismes, Paris Match nous apprend qu’il y a Project South et South Georgia Immigrant Support Network ainsi que Georgia Detention Watch et Georgia Latino Alliance for Human Rights. Il faudra désormais patienter pour savoir si cette plainte pourra aboutir à une reconnaissance des faits par le centre de détention américain. Il y a toutefois eu une réaction notamment du service d’immigration qui gère les différents établissements. Dans une déclaration partagée par CNN, nous apprenons que l’ICE dénonce des allégations anonymes et surtout non prouvées.

 

Le directeur de l’ICE a également pris la parole pour préciser que des hystérectomies avaient été pratiquées après des recommandations. De ce fait, ces dernières avaient fait l’objet d’une étude par l’autorité clinique de l’établissement et les actes chirurgicaux ont été approuvés. De ce fait, ces hystérectomies auraient bien eu lieu, mais en accord avec les autorités compétentes. Le monde politique a également pu s’intéresser d’un peu plus près à cette affaire. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi a estimé qu’il y avait des problèmes dans ces centres. Ce n’est donc pas la première affaire qui voie apparemment le jour.

Source:https://www.barbanews.com/international/centre-de-detention-aux-usa-des-hysterectomies-abusives-les-ong-crient-au-scandale/

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here