Coronavirus EN DIRECT : Voici pourquoi L’économie française est sans doute l’une des plus affectées par la pandémie…

0
11

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annulé vendredi une mesure de confinement brusquement annoncée la veille par son gouvernement, faisant part de son souci de ménager une économie fragilisée par la pandémie de nouveau coronavirus, alors que la Turquie continue d’enregistrer près d’un millier de nouveaux cas chaque jour.

«Une circulaire de notre ministère de l’Intérieur, suivant les recommandations de notre ministère de la Santé, avait annoncé hier soir qu’une restriction sur les sorties serait mise en place dans 15 provinces ce week-end. Cependant, nous avons décidé de réévaluer cette décision après avoir reçu les avis de nos concitoyens», a déclaré le président turc.

Placée sous confinement strict, l’économie française a sans doute été l’une des plus affectées par la pandémie de Covid-19, qui révèle progressivement ses spécificités par rapport aux crises passées, selon une note de l’OFCE publiée aujourd’hui. Selon cette note, qui étudie l’impact du Covid-19 sur le mois d’avril, moment où de nombreux pays ont confiné leur population, l’économie mondiale a connu ce mois-là une récession de 19 %, tandis que le commerce mondial a chuté de 25 %.

« L’Espagne, l’Italie et la France font partie des pays les plus affectés » avec une chute de leur valeur ajoutée « de plus de 30 points », détaille l’Observatoire français des conjonctures économiques, organisme indépendant de recherches. A l’inverse, les Etats-Unis (-22 points) ou l’Allemagne (-24 points) s’en sortent un peu moins mal, tandis que les économies émergentes résistent mieux à ce stade (-15 points).

Une ville de 180.000 habitants de l’Arctique russe a été placée en quarantaine vendredi pour une durée indéterminée en raison de l’aggravation de l’épidémie de coronavirus, ont annoncé les autorités locales. Depuis vendredi minuit, les entrées et sorties de Severodvinsk sont strictement contrôlées et autorisées seulement pour raison médicale, pour les voyages officiels ou pour les travailleurs disposant d’un laissez-passer. Les autorités ont aussi recommandé aux grandes entreprises locales d’arrêter d’organiser le transport collectif de leurs travailleurs vivant en dehors de la ville.

Severodvinsk, dans la région d’Arkhangelsk (nord-ouest), est un important centre militaro-industriel. Plusieurs chantiers navals y sont implantés, qui emploient une grande partie de la population, et la plupart des sous-marins russes y sont construits.

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a estimé vendredi que « certaines mairies ont surinterprété le protocole sanitaire » et freinent ainsi le retour à l’école des élèves dans la phase II du déconfinement. « Vous avez des endroits où vous avez des classes avec cinq élèves, avec dix élèves, alors que nous savons que nous pouvons aller jusqu’à la quinzaine », a souligné la secrétaire d’Etat au micro de Sud Radio.

« Ce que nous souhaitons c’est que les mairies qui n’ont pas encore ouvert leurs écoles puissent le faire le plus rapidement possible », a ajouté Sibeth Ndiaye. « Nous souhaitons que le maximum d’enseignants puissent être présents » en classe, a-t-elle précisé, tout en ajoutant qu’« évidemment, il faut aussi que leur sécurité sanitaire soit garantie ». Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a dit jeudi espérer que le protocole sanitaire qui encadre l’accueil des élèves dans les écoles pourra être assoupli « bientôt ».

La saison 2019/2020 du championnat d’Angleterre de rugby pourrait reprendre le 15 août, a annoncé vendredi Premiership rugby qui gère la compétition. « Lors d’une réunion du conseil d’administration hier soir (jeudi), nous nous sommes mis d’accord sur la date-cible pour une reprise après l’annonce, plus tôt dans la semaine, du retour des entraînements sans contact », a expliqué l’instance dans son communiqué.

« Rien ne se passera avant que la situation ne le permette mais nous ferons tout ce que nous pourrons pour reprendre le championnat le 15 août », a commenté le président de Premiership Rugby, Darren Childs, cité dans le communiqué.

Le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca a estimé vendredi attendre en septembre des résultats sur l’efficacité du vaccin contre le nouveau coronavirus sur lequel il travaille avec l’université d’Oxford. «En septembre on devrait savoir si on a un vaccin efficace ou non», a déclaré vendredi le directeur général de l’entreprise, Pascal Soriot, sur les ondes de la BBC.

L’université d’Oxford, dont le projet est également financé par le gouvernement britannique, a noué un partenariat avec le laboratoire pharmaceutique pour la fabrication et la distribution dans le monde entier du vaccin en cours de développement. Les essais sur l’homme ont commencé fin avril au Royaume-Uni, ainsi qu’au Brésil, pays qui est désormais «l’épicentre de l’épidémie», a déclaré Pascal Soriot.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a indiqué vendredi que des réunions publiques seront possibles en vue du second tour des municipales le 28 juin, la campagne ne devant pas être « exclusivement numérique ». « Oui, des réunions publiques pourront être organisées » en zone verte dans les établissements recevant du public, a déclaré le ministre devant l’Assemblée, qui examine un projet de loi de précaution prévoyant le report du second tour en cas d’aggravation de l’épidémie de coronavirus.

« La question se pose en zone orange, en Ile-de-France. Je souhaite travailler en lien avec le conseil scientifique pour que des possibilités soient offertes », a-t-il ajouté, précisant qu’une circulaire devait être diffusée sur l’organisation de la campagne. « Il ne s’agit nullement de revendiquer de faire une campagne numérique et exclusivement numérique (…) Une grande partie de la population passerait à côté », selon Christophe Castaner. Et de lancer : « Nous avons un enjeu : celui de la participation et faire comprendre aux Français qu’il y a une élection le 28 juin. Nous devons utiliser tous les moyens possibles pour cela ».

La métropole européenne de Lille a dévoilé jeudi un label inédit pour l’ensemble des établissements (hôtels, restaurants, magasins, lieux culturels…) respectant une charte sanitaire afin de lutter contre le Covid-19.

Créée en partenariat avec l’Institut Pasteur de Lille, cette charte, présentée comme une première en France, rassemble dix engagements visant à lutter contre l’épidémie, comme le respect des gestes barrières, de la distanciation sociale, le nettoyage spécifique et la désinfection des lieux ou encore la sécurisation des systèmes de climatisation et ventilation. Plus de 200 signataires de cinq secteurs – hôtels, culture, shopping, tourisme et événementiel – se sont déjà engagés à la respecter.

Lioudmila Koutenkova, diabétique de 73 ans, est restée confinée des semaines à Bichkek à cause du nouveau coronavirus. Et pendant tout ce temps, à 50 ans, Talant Akynbekov lui portait son insuline à vélo. Son « gars », comme le surnomme affectueusement Lioudmila Koutenkova, est un des 20 volontaires à avoir sillonné à bicyclette la capitale du Kirghizstan, petit pays montagneux d’Asie centrale, quand les autorités ont bouclé la ville en mars pour ralentir la propagation du virus.

Fin mai, les magasins ont rouvert et les bus ont repris leur marche, mais de nombreuses personnes particulièrement à risque face au Covid-19 compte sur cette culture du bénévolat née de la crise pour faire face aux mois à venir, la crainte d’une deuxième vague étant bien présente.

Détruire les microbes, virus et bactéries grâce à un tissu capable d’utiliser le mouvement pour produire de petites quantités d’électricité : voici la dernière invention de deux groupes japonais, Murata Manufacturing et Teijin Frontier. Appelé PIECLEX, le tissu est déclinable pour de nombreux usages, allant des vêtements capables de détruire les odeurs corporelles aux équipements de protection comme les masques, très populaires en ces temps de pandémie.

L’électricité est produite par l’étirement et la contraction du tissu, notamment lors des mouvements habituels d’une personne, dans des quantités tellement faibles qu’elles ne peuvent pas être senties par le porteur mais suffisantes malgré tout pour griller les bactéries, microbes et virus qui seraient sur ou dans le tissu, assurent les deux groupes.

Pour adapter la célébration du 14 juillet aux exigences sanitaires, le traditionnel défilé sur les Champs-Elysées sera remplacé par une cérémonie militaire place de la Concorde, qui rendra aussi hommage aux soignants, a annoncé l’Elysée jeudi.

« Tout un chacun peut légitimement comprendre qu’un hommage particulier de la République soit rendu à celles et ceux qui pendant des semaines se sont battus avec abnégation et un courage exemplaire pour accueillir, soigner et sauver des vies », écrit le RN dans un communiqué. Mais « il est difficilement concevable et pour ne pas dire parfaitement incompréhensible, qu’un défilé militaire qui, par définition, respecte scrupuleusement des règles d’organisation strictes, ne puisse pas rendre hommage et honorer les différents corps des armées françaises », ajoute la formation politique présidée par Marine Le Pen.

On disait de lui qu’il était une marionnette aux mains des partis, un pâle personnage : sa gestion de la crise du coronavirus a permis au chef du gouvernement italien Giuseppe Conte de redorer son blason et même, un peu, celui de l’Italie.

Selon un récent sondage cité par la RAI, 59 % des Italiens ont « très ou assez » confiance en Giuseppe Conte, qui a su créer un lien direct avec les Italiens via Facebook. « Conte n’est pas perçu comme un politicien traditionnel mais plutôt comme un homme libre qui donne des informations et le fait de manière indépendante », analyse Gianfranco Pasquino, professeur de Sciences politiques à l’université John Hopkins de Bologne. « On peut dire qu’il a progressivement appris son métier », ajoute l’expert.

Trois mille emplois supprimés chez Nissan, cinq cents dans l’aluminium: pandémie et confinement ont précipité des décisions de fermeture d’usines en Espagne où le futur de l’industrie préoccupe. La semaine dernière, une foule d’employés en colère manifestait devant l’usine Nissan de Barcelone, après l’annonce de la décision du groupe de la fermer en décembre, supprimant 3.000 emplois directs et quelque 22.000 indirects selon les syndicats.

Au même moment, des pneus brûlaient devant le site du fabricant américain d’aluminium Alcoa à Lugo en Galice (nord-ouest), où la multinationale compte supprimer 534 emplois et arrêter la quasi-totalité de la production de l’une des deux usines du complexe. L’américain Ford lançait lui un plan de départs volontaires de 350 postes pour son usine de Valence. Dans ce contexte amer, le chef du gouvernement Pedro Sanchez a annoncé qu’un plan de soutien au secteur automobile était en préparation.

Les Fidji ont annoncé être débarrassées du coronavirus, l’île ne comptant plus aucune personne porteuse de la maladie. Mi-mars, un vent de panique s’était emparé de cette île de 930.000 habitants à l’annonce du premier cas de Covid-19.

La mise en place d’une politique stricte, comme le placement à l’isolement et des contrôles aux frontières, ont permis à l’île de contenir la propagation de l’épidémie. Au total, seuls 18 cas ont été recensés. Le Premier ministre Frank Bainimarama a attribué cette victoire « aux prières, au travail acharné et à la science ».

Le gouvernement tchèque a annoncé vendredi que ses frontières avec l’Autriche et l’Allemagne ouvriraient dès ce jour à midi, dix jours plus tôt que prévu.Les voyages vers la Hongrie sont également autorisés, à partir de cette même heure. La République tchèque avait fermé toutes ses frontières le 16 mars pour lutter contre la contamination par le coronavirus. Elle avait déjà rouvert jeudi sa frontière avec la Slovaquie.

A partir du 15 juin, les Tchèques seront également autorisés à voyager, y compris vers des pays beaucoup plus touchés par le virus, mais où celui-ci est en nette régression, comme notamment la Belgique, la France, l’Italie, l’Espagne. En revanche, les personnes venant de ces pays devront avoir un certificat de test négatif au virus. Préparez vous à vous faire enfoncer le nez si vous voulez voir Prague (mais ça vaut le coup).

Le patronat de l’intérim, qui n’hésite pas à parler de « sidération » devant les 500.000 emplois intérimaires disparus des radars pendant les deux premières semaines du confinement, a fait état jeudi d’une baisse de 61 % pour le mois d’avril.

Cela représente quelque 475.000 emplois, en équivalent temps plein, selon ses calculs, sur un secteur de l’intérim qui en compte près de 800.000. Dès les premiers jours du confinement en effet, bâtiment et industrie, plus gros pourvoyeurs d’intérimaires, se sont stoppés net. En mai, la reprise laisse entrevoir une amélioration, mais avec tout de même une baisse qui tournerait autour de « 50 % », selon les pronostics de Prism’emploi qui fédère les entreprises du secteur.

Les lecteurs des Echos qui se seraient par mégarde égarés sur notre live seront heureux d’apprendre que la Bourse de Paris a ouvert en hausse ce vendredi (+0,98 %), reprenant son ascension interrompue le temps d’accueillir les nouvelles annonces de la BCE, avant de prendre connaissance du rapport sur l’emploi aux Etats-Unis en mai. La veille, il avait fini en repli de 0,21 % après trois séances de nette hausse.

Voilà, on peut reprendre les blagounettes sur les voisins flûtistes et les bots du Portrait de la jeune fille en feu.

Environ « 10 à 15 % de patients » se plaignent de symptômes persistants de fatigue et d’essoufflement un mois et demi (quel enfer, force à vous les gens concernés) après avoir été infectés par le coronavirus, selon l’infectiologue Pierre Tattevin du CHU de Rennes, président de la Société de pathologie infectieuse de langue française.

Selon Jean-François Delfraissy sur France Inter, « on peut dire raisonnablement que l’épidémie est contrôlée. Le virus continue à circuler, mais il circule à une petite vitesse. Surtout, on a tous les outils pour dépister les nouveaux cas. »

Le conseil scientifique a présenté jeudi un plan avec quatre scénarios possibles pour les prochaines semaines : « Nous pensons que c’est le scénario numéro 1, celui d’un contrôle de l’épidémie, qui est le plus probable. Le scénario 4, le plus grave, c’est celui qu’on ne veut pas voir : faisons tout pour ne pas y arriver. Il serait extrêmement difficile d’avoir un nouveau confinement généralisé », ajoute son président.

Le château de Chambord est de nouveau accessible au public. Le sens de circulation des visites a dû être repensé afin de faire respecter les mesures de distanciation sociale.

#BattlePhoto « Voyage local » P2 La majesté des jardins à la française ! 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes délimitant les bordures, ou encore 18 874 m² de pelouses. pic.twitter.com/tfkIn1VIkX

Le préfet et le rectorat ont envoyé aux maires de Guadeloupe une mise en demeure de rouvrir les écoles fermées depuis le début de la crise du coronavirus. Ils demandent aux maires de « définir pour le 6 juin, les modalités d’accueil dans les établissements scolaires maternelles et élémentaires, en prenant les mesures proportionnées aux risques sanitaires encourus ».

« Aujourd’hui, la situation sanitaire est sous contrôle en Guadeloupe, classée en zone verte, écrivent-ils. Dans ces conditions, la privation pour un enfant de toute possibilité de bénéficier d’une scolarisation ou d’une formation scolaire adaptée, obligatoire dès l’âge de trois ans, est susceptible de constituer une atteinte grave et illégale à une liberté fondamentale garantie par la constitution ».

Le 4 mai, lors d’une conférence territoriale de l’action publique, presque tous les élus locaux avaient signé une « motion » validant un retour à l’école en septembre, au motif que « les conditions n’étaient pas réunies pour une rentrée dès le 11 mai ».

La reprise des visites de proches pourra se faire à « plus de deux personnes à la fois », lorsqu’elle se déroulera à l’extérieur.

Le Brésil vient encore de gagner une place dans le funeste classement des pays déplorant le plus de décès liés au nouveau coronavirus. Le dernier bilan du ministère de la Santé fait état de 34.021 décès et 614.941 cas confirmés, sachant que les chiffres officiels sont largement sous-estimés selon les spécialistes. Le Brésil passe ainsi devant l’Italie et devient le troisième pays le plus endeuillé au monde.

La société civile brésilienne se mobilise de plus en plus à travers des pétitions en ligne « en défense de la démocratie », en réponse aux demandes « d’intervention militaire » des partisans du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Bonjour à toutes et tous !! Une bonne nouvelle attend nos aînés (et leurs proches) ce vendredi. Même s’ils sont considérés à risque, eux aussi ont le droit de se déconfiner très progressivement avec un nouvel assouplissement des conditions de visite dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. On suivra bien sûr aussi tout ce qu’il se passe de nouveau sur la planète.

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMicWh0dHBzOi8vd3d3LjIwbWludXRlcy5mci9tb25kZS8yNzkzMTI3LTIwMjAwNjA1LWNvcm9uYXZpcnVzLWRpcmVjdC1ub3V2ZWwtYXNzb3VwbGlzc2VtZW50LWNvbmRpdGlvbnMtdmlzaXRlLWVocGFk0gEkaHR0cHM6Ly9tLjIwbWludXRlcy5mci9hbXAvbC8yNzkzMTI3?oc=5

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here