Coronavirus : le symptôme de la perte de l’odorat enfin expliqué

0
6

l’essentiel
Des chercheurs et spécialistes ORL se sont penchés sur l’anosmie, un des symptômes du Covid-19. Ils apportent une réponse sur l’origine de cette perte d’odorat.

La perte de l’odorat (anosmie) fait partie des symptômes connus et engendrés par le Covid-19, à l’instar de la toux, des maux de tête et de la grande fatigue ressentie. Sa reconnaissance comme signe de la maladie n’a pourtant été validée que fin mars, sans que l’on sache vraiment à quoi elle était due. Des médecins et chercheurs ORL américains pourraient aujourd’hui apporter les premiers éléments de réponse à cette question.

Dans leur étude « Prévalence globale du dysfonctionnement chimio sensoriel et sinonasal chez le SRAS-Cov-2 et les coronavirus apparentés », sept spécialistes de l’université d’Irvine (Californie) et du Medical center de Chicago (Illinois) ont épluché les articles de la base de données de la National Library of Medicine faisant mention d’odeur, de goût, ou autre dysfonction chimio-sensorielle ou sinonasienne, en lien avec le Covid-19 (aussi appelé le SARS-Cov-2), le SARS-Cov-1, le MERS-Cov et les autres coronavirus.

D’après leurs recherches, de nombreux patients atteints par le Covid-19 ont décrit une perte brutale de l’odorat avant un retour à la normale une à deux semaines plus tard, voire après plusieurs semaines chez certains. Mais les chercheurs ORL ont constaté que les patients ne faisaient pas état d’un nez bouché. Or, en règle générale, la perte d’odorat est due à une infection par un virus, qui s’attaque aux voies respiratoires supérieures ou aux sinus. Le nez étant bouché, l’odorat disparaît. Mais avec le Covid, pas de nez bouché…

Pourquoi alors cette perte d’odorat ? Pour Jane Parker, professeur associée en chimie des arômes à l’Université de Reading (Royaume-Uni), et Simon Gane, consultant en rhinologie et chirurgien ORL à l’université de Londres, le Covid agirait à un autre niveau. Dans un article de The Conversation, se basant sur les travaux des ORL américains, les auteurs avancent une explication. En se basant sur des scanners du nez et des sinus de patients souffrant d’anosmie et atteints du Covid, les scientifiques ont remarqué que la fente olfactive, partie du nez en charge de la perception des odeurs, était bloquée par un gonflement de tissus et du mucus. Ce qui ne gêne en rien la respiration chez le patient mais empêche de percevoir les odeurs.

Le Covid ne détruirait donc pas les neurones olfactifs, les récepteurs qui permettent de reconnaître les odeurs, mais s’attaquerait en fait aux cellules qui supportent ces neurones, leur causant des dommages durant l’infection. Conséquence : la réponse immunitaire du patient provoquerait alors un œdème empêchant les molécules aromatiques de rejoindre leurs récepteurs, bloquant de fait l’odorat. Ce gonflement régresserait après la disparition du virus, permettant un retour à la normale de la perception des odeurs.

Reste la question de la persistance de l’anosmie dans certains cas. Jane Parker et Simon Gane émettent là une hypothèse. Pour ces spécialistes, cela pourrait être dû à une inflammation sévère, réponse de l’organisme aux dommages, qui produirait en grande quantité des substances chimiques pour lutter contre le virus mais qui détruirait en parallèle d’autres tissus. Plus la réponse immunitaire est forte, plus les cellules seraient endommagées, à l’instar des neurones olfactifs. Le retour de l’odorat serait donc retardé, le temps que ces neurones olfactifs se régénèrent. Cette explication demeure pour le moment théorique, soulignent les auteurs.

Moi ce qui me fait perdre l’odorat c’est l’odeur pestilentielle de notre gouvernement……Avoir suivi dans cette mascarade de covid-19…Ils le paieront tôt ou tard….mais le dégât sur les peuples sera peut-être pire que le second conflit mondial !!

Un petit rappel: deuxième guerre mondiale entre 50 et 70 millions de morts et un grand nombre de villes entièrement détruites. On en est encore loin…

Et ainsi éviterait une méningite a SARS-Cov2 comme on la voit dans l’atteinte du nez par le méningocoque. Par ailleurs le nez bouché par l’allergie aux pollen devrait il pas alors protéger du SARS-Cov2? Faut demander à Raoust.

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMibWh0dHBzOi8vd3d3LmxhZGVwZWNoZS5mci8yMDIwLzA2LzI0L2Nvcm9uYXZpcnVzLWxlLXN5bXB0b21lLWRlLWxhLXBlcnRlLWRlLWxvZG9yYXQtZW5maW4tZXhwbGlxdWUsODk0NzYyNC5waHDSAXFodHRwczovL3d3dy5sYWRlcGVjaGUuZnIvYW1wLzIwMjAvMDYvMjQvY29yb25hdmlydXMtbGUtc3ltcHRvbWUtZGUtbGEtcGVydGUtZGUtbG9kb3JhdC1lbmZpbi1leHBsaXF1ZSw4OTQ3NjI0LnBocA?oc=5

News – Coronavirus : le symptôme de la perte de l’odorat enfin expliqué

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here