Covid –19 : Pékin toujours en alerte, la situation s’aggrave au Brésil

0
10

Le Covid-19 continue de se répandre fortement au Brésil. Mercredi soir, le dernier bilan quotidien officiel du ministère de la Santé faisait état de chiffres proches des records de morts et contaminations confirmées, avec 1 269 décès et 32 188 cas supplémentaires au cours des dernières 24 heures.

Deuxième pays le plus touché derrière les États-Unis, le Brésil déplore au total 46 510 décès, selon ces données qui pourraient être très loin de la réalité, faute de campagnes massives de tests. Le total de contaminations (plus de 955 000) devrait ainsi atteindre le million avant la fin de la semaine 

Ce tableau macabre qui signifie qu’un Brésilien meurt quasiment chaque minute du Covid-19, n’empêche pourtant pas au gouvernement de clamer que la situation est sous contrôle. Le déconfinement se poursuit progressivement.

Durant sept jours d’affilée, les États-Unis ont déploré moins de 1 000 morts quotidiens du coronavirus, selon les données de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. Ils ont recensé 840 morts au cours des dernières 24 heures.

Malgré ces bilans journaliers encourageants, la première vague de contaminations n’en finit pas de durer, avec un nombre de nouveaux cas recensés qui se situe toujours autour de 20 000 chaque jour.

L’épidémie américaine s’est déplacée de New York et du nord-est du pays vers une large bande recouvrant le sud et l’ouest. Plus d’une douzaine d’États enregistrent leur plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie. C’est le cas de l’Oklahoma, où Donald Trump, refusant tout alarmisme, entend tenir un grand meeting électoral de plusieurs dizaines de milliers de personnes ce week-end.

Alors que la vie avait repris un cours quasi normal à Pékin après deux mois sans aucune contamination, l’apparition il y a quelques jours d’un nouveau foyer d’infection a relancé la vigilance. Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d’approvisionnement en fruits et légumes de la capitale, est soupçonné d’être la source des nouvelles contaminations.

Les autorités locales ont engagé depuis quelques jours une vaste campagne de dépistage des habitants et de désinfection des restaurants. Une trentaine de zones résidentielles, sur les milliers que compte Pékin, ont par ailleurs été placées en quarantaine et tous les établissements scolaires ont été refermés jusqu’à nouvel ordre.

La municipalité a appelé ses habitants à éviter les voyages « non essentiels » en dehors de Pékin et drastiquement réduit les liaisons aériennes. Les personnes habitant dans des zones classées « à risque moyen ou élevé » ont eux interdiction de sortir de la ville. 

Listes d’attente, malades refusés, soins dégradés… les systèmes de santé flanchent davantage en Asie du Sud, où le nombre de malades du nouveau coronavirus explose après plusieurs mois de faible progression, même si la mortalité reste faible.

Le Pakistan, à la population très jeune, a pourtant longtemps connu des chiffres du Covid-19 rassurants. Mais comme dans les autres pays de la zone, les statistiques se sont emballées ces dernières semaines à la faveur d’une augmentation du dépistage – encore partout insuffisant, ce qui cause une sous-évaluation du nombre de cas – et d’une progression du virus. 

En Inde, le bilan s’est alourdi de 2 000 morts en un jour mercredi, totalisant 11 903 décès. Cette hausse est partiellement imputable à des révisions de chiffres, pour intégrer des décès antérieurs non comptabilisés. Mais l’épidémie continue de progresser au rythme d’environ 11 000 nouveaux cas confirmés par jour, alors que les experts estiment que le pic reste à venir.

Les autorités indiennes avaient imposé fin mars un confinement draconien à leur population. La mesure s’est révélée catastrophique pour des millions de pauvres, soudainement privés de travail et forcés de voyager des centaines de kilomètres, souvent à pied, pour rejoindre leurs villages d’origine, favorisant la propagation du Covid-19. 

En Afghanistan, après quatre décennies de guerre et un système de santé en lambeaux, le pire semble advenir, ce que les statistiques officielles ne reflètent pas, avec 27.000 malades pour 500 décès. Le gouverneur de Kaboul, qui estime à un million le nombre de personnes infectées dans la seule capitale afghane, anticipe « un désastre ». « Nous avons des rapports faisant état d’une augmentation des décès suspects et de personnes enterrant des cadavres la nuit. » 

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMidmh0dHBzOi8vd3d3LnN1ZG91ZXN0LmZyLzIwMjAvMDYvMTgvY292aWQtMTktcGVraW4tdG91am91cnMtZW4tYWxlcnRlLWxhLXNpdHVhdGlvbi1zLWFnZ3JhdmUtYXUtYnJlc2lsLTc1NzU3NzctNDgwMy5waHDSAXtodHRwczovL3d3dy5zdWRvdWVzdC5mci8yMDIwLzA2LzE4L2NvdmlkLTE5LXBla2luLXRvdWpvdXJzLWVuLWFsZXJ0ZS1sYS1zaXR1YXRpb24tcy1hZ2dyYXZlLWF1LWJyZXNpbC03NTc1Nzc3LTQ4MDMuYW1wLmh0bWw?oc=5

News – Covid –19 : Pékin toujours en alerte, la situation s’aggrave au Brésil

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here