L’insécurité au Sahel renforce le besoin d’aide alimentaire

0
76
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

Paris (© 2019 Afriquinfos)-La montée de l’insécurité et des violences intercommunautaires a fait doubler fin 2019, à 9,4 millions de personnes le nombre de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire dans 16 pays du Sahel et d’Afrique de l’ouest a d’après une réunion d’experts et de gouvernements lundi à Paris.

Les trois pays les plus touchés par la faim (en phase de « crise », au stade 3 sur une échelle de 5) sont le Nigeria (4 millions de personnes), le Niger (1,5 million) et le Burkina Faso (1,2 million), a indiqué le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) qui se réunit au siège de l’OCDE à Paris.

La réunion rassemble des représentants des 16 gouvernements africains concernés, des agences de l’Onu comme la FAO chargée de l’agriculture ou le Programme alimentaire mondial (PAM), bailleurs de fonds internationaux (Banque mondiale, agences de développement), ONG comme ACF ou Oxfam, et experts du secteur agro-alimentaire.

L’insécurité a provoqué une « forte augmentation » du nombre de personnes déplacées hors de leur foyer, « accentuant la pression sur les ressources alimentaires » et la désorganisation des « moyens d’existence locaux » comme les marchés, observe le RPCA.

Le nombre de personnes nécessitant une aide immédiate est le « double » de celui de l’an passé à la même époque, soit 4,5 millions (bien 4,5 millions), les conflits qui se multiplient dans la région constituant « un facteur aggravant de l’insécurité alimentaire » dans la zone, a souligné auprès de l’AFP M. Mahalmoudou Hamadoun, coordonnateur du programme régional à la sécurité alimentaire (Comité inter-état de lutte contre la sécheresse au Sahel, CILSS).

Selon les projections du réseau, de juin à août 2020, le nombre de personnes en besoin d’aide alimentaire sera encore plus élevé, à 14,4 millions.

Le réseau RPCA se réunit chaque année en décembre à Paris ou dans un pays africain pour prévoir les besoins alimentaires de la région au printemps lors de la délicate période, dite de « soudure », où les récoltes de l’année précédente sont consommées alors que celles de l’année en cours ne sont pas encore engrangées.

« L’insécurité civile s’est exacerbée cette année au Mali, au Burkina Faso et au Nigeria, du coup les populations essentiellement rurales sont empêchées d’accéder à leurs moyens d’existence, l’agriculture ou l’élevage, alors qu’elles continuent de subir l’insécurité climatique » a ajouté M. Hamadoun.

« Des villages entiers ont été déplacés au Burkina Faso, les infrastructures sont fermées, écoles, centres de santé, les gens n’ont plus la possibilité de rester chez eux » a ajouté Sibiri Jean Zoundi, directeur-adjoint du Club Sahel de l’OCDE.

– La région du Liptako Gourma où se rejoignent les trois frontières du Niger, Mali et Burkina Faso et où se développent rapidement des attaques jihadistes bouleversant la vie quotidienne de millions de personnes, et multipliant le nombre de déplacés et de réfugiés, en particulier au Burkina Faso (480.000 personnes déplacées).

– Une vaste région chevauchant le nord du Sénégal et la Mauritanie où la sécheresse a créé un déficit fourrager important, et qui nécessitera une aide importante pour la nutrition du betail.

« Cette réunion est la 35e réunion du même type et cela fait 35 fois qu’on ne règle pas le problème » de la sécurité alimentaire dans cette zone du monde, s’est ému le ministre de l’Agriculture du Niger, Albadé Abouba lors de la réunion, à laquelle assistait l’AFP.

AFP

L’article L’insécurité au Sahel renforce le besoin d’aide alimentaire est apparu en premier sur Afriquinfos.

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here