Tiques : quel risque de piqûre en France ? Une application pour cartographier le fléau

0
16

Depuis quelques années, les tiques sont de plus en plus nombreuses. Or certaines d’entre elles peuvent transmettre un certain nombre de pathogènes, dont la maladie de Lyme, mal connue et difficile à diagnostiquer. 

Avec les températures exceptionnellement douces de ces dernières semaines, les tiques sont clairement de retour. Et depuis quelques années, elles sont de plus en plus nombreuses, notamment en raison du réchauffement climatique. Or certaines d’entre elles peuvent transmettre un certain nombre de pathogènes, dont la maladie de Lyme, mal connue et difficile à diagnostiquer. 

Alors quelles sont les espèces de tiques qui posent problème en France ? Où les trouve-t-on?  Où piquent-elles ? Depuis 2017, le programme de recherche CiTIQUE, coordonné par l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) cherche à répondre à ces questions, notamment par le biais de l’application « Signalement tique », qui permet à chacun de signaler des piqûres de tique sur lui-même ou un animal (et même d’envoyer une tique pour analyse) et dont une nouvelle version est sortie le 18 mai. 

Il faut savoir que l’on trouve en France une trentaine d’espèces de tiques (et environ 900 dans le monde). Si certaines d’entre elles sont très spécialisées et ne piquent par exemple que les oiseaux marins ou les hérissons, certaines sont moins regardantes et peuvent piquer plusieurs espèces différentes, dont l’homme. Ce sont elles qui posent problème. 

Dans l’Hexagone, on compte cinq espèces relativement communes susceptibles de piquer l’homme. Et parmi elles, la plus abondante est la « ixodes ricinus » ou « tique du cerf », la plus problématique car elle transmet un certain nombre de pathogènes (bactéries, virus, parasites), et notamment la maladie de Lyme. C’est également la plus fréquente en Nouvelle-Aquitaine. On la trouve dans tous les milieux, en particulier si le climat est chaud et humide. Mais un climat froid et humide ou froid et sec, lui convient aussi. La seule chose qu’elle ne supporte pas est la chaleur sèche. 

L’application « Signalement tique », a d’ores et déjà permis aux chercheurs de se rendre compte qu’en France, près de la moitié des piqûres surviennent en forêt. Mais 29% ont lieu dans les jardins privés et 11% dans les prairies, où les gens se montrent moins méfiants. Les périodes les plus à risques étant le printemps et l’automne. 

Les tiques restent en général tapies à mi-hauteur dans les buissons et se servent d’organes leur permettant de ressentir les vibrations du sol pour repérer leurs proies. Elles sont également très sensibles aux odeurs. Lorsque l’on frôle la végétation, elles s’accrochent aux vêtements (ou aux animaux). Mais elles piquent rarement à l’endroit où elles atterrissent et préfèrent s’installer à un endroit plutôt chaud, humide et difficile à atteindre (aisselles, plis du genou, organes génitaux, nombril, conduit auditif, cuir chevelu). En revanche, les tiques ne tombent pas des arbres et sont incapables de sauter. 

Autre enseignement après trois ans d’existence du projet CiTIQUE, environ 15% des tiques analysées en France métropolitaines sont porteuses de la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme. 

Les chercheurs ont aussi remarqué que l’augmentation des signalements de piqûres chez les chiens et les chats commence trois à 4 semaines avant l’augmentation des signalements chez les humains. « Ces animaux pourraient donc constituer de bonnes sentinelles pour évaluer le risque de piqûre de tique chez les humains », expliquent-ils.

En attendant, comme le montre le site fleatickrisk.com, qui permet de surveiller le risque d’infestation par les trois espèces de tiques les plus courantes en Europe, la saison bat déjà largement son plein. Il convient donc de rester vigilant. Et si jamais vous ou votre animal êtes piqués par une tique, vous pouvez aider la recherche en la signalant via l’application « Signalement tique », disponible sur iOs et Android. Pour les signalements sur internet, il faudra en revanche attendre juin. 

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMihgFodHRwczovL3d3dy5zdWRvdWVzdC5mci8yMDIwLzA1LzIyL3RpcXVlcy1xdWVsLXJpc3F1ZS1kZS1waXF1cmUtZW4tZnJhbmNlLXVuZS1hcHBsaWNhdGlvbi1wb3VyLWNhcnRvZ3JhcGhpZXItbGUtZmxlYXUtNzUwMzk1Mi02MDk1LnBocNIBiwFodHRwczovL3d3dy5zdWRvdWVzdC5mci8yMDIwLzA1LzIyL3RpcXVlcy1xdWVsLXJpc3F1ZS1kZS1waXF1cmUtZW4tZnJhbmNlLXVuZS1hcHBsaWNhdGlvbi1wb3VyLWNhcnRvZ3JhcGhpZXItbGUtZmxlYXUtNzUwMzk1Mi02MDk1LmFtcC5odG1s?oc=5

News – Tiques : quel risque de piqûre en France ? Une application pour cartographier le fléau

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here