Vieux et confiné, une épreuve vécue inégalement

0
14

Unité SGP Police : «Enseigner d’autres méthodes d’intervention ? Nous n’en avons pas les moyens humains»

«Les chefs traditionnels s’intéressent au végétal par le biais du flexitarisme, du « local et de saison »Â» Abonnés

Donald Trump a-t-il dit que la baisse du chômage était un «grand jour» pour George Floyd ?

«La distanciation sociale ? Elle existe. C’est l’isolement des personnes âgées», cingle un rapport de l’association les Petits Frères des pauvres, publié la semaine dernière.

La formule claque. Elle est juste en même temps qu’elle renvoie à des situations variées. Faut-il rappeler que selon l’association, la France, période de confinement ou pas, compte plus de 300 000 personnes âgées «en situation de mort sociale». C’est-à-dire 300 000 personnes de plus de 60 ans qui ne rencontrent quasiment jamais d’autres personnes. «On pourrait se dire que c’est peu mais cela équivaut à la population d’une ville comme Nantes.»

Ces deux mois de confinement sont venus se surajouter à ce désert social, provoquant des répercussions inédites. Comme un verre à moitié plein ou à moitié vide. D’abord de façon nette et pour le coup très positive, «la plupart des personnes âgées ont eu davantage de contacts avec leurs familles pendant le confinement», note le rapport. Pour autant, une minorité déjà très isolée a été encore plus isolée durant l’épidémie. «En dépit d’un élan de solidarité familiale et citoyenne, de nombreuses personnes âgées, en particulier les femmes âgées aux revenus modestes ont ainsi davantage souffert de solitude et d’isolement.»

Pour aboutir à ce constat, l’association a travaillé à partir d’une étude CSA, réalisée auprès de 1 503 personnes de plus de 60 ans. Les données sont impressionnantes: «43% des sondés disent avoir eu pendant cette période un contact tous les jours ou presque avec leur famille, contre 33% auparavant. Mais à l’inverse, 4% des plus de 60 ans, soit 720 000 seniors, n’ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement, alors que 1% seulement faisaient état d’une telle situation avant l’épidémie.»

D’autres chiffres : 87% des personnes âgées ont eu quelqu’un à qui se confier, mais 650 000 n’ont eu aucun confident. Près d’un Français sur trois de plus de 60 ans a ressenti une forte solitude, soit 5,7 millions de personnes. 15 % des 60 ans et plus, soit 2,5 millions de personnes ne sont jamais sortis. Et aujourd’hui, «plus de 830 000 personnes âgées ont peur, et ne souhaitent pas sortir». Tout cela n’est pas sans conséquence : le confinement a généré un impact négatif sur la santé morale pour 41% des personnes âgées et 31% sur la santé physique.

Les aspects positifs existent, avec la forte solidarité qui s’est souvent manifestée. Mais la suite est vécue comme incertaine : «Si 69% des personnes âgées ont constaté l’élan de solidarité envers eux pendant la crise, seulement 31 % pensent que les Français seront plus solidaires après la crise». Quant au numérique, présenté comme le nouvel eldorado pour briser les solitudes, le bilan est mitigé. Des personnes âgées ont découvert les appels en «visio». Mais il reste toujours une forte exclusion numérique des personnes âgées : plus de 4 millions de Français de plus 60 ans n’utilisent jamais Internet, «surtout les plus âgés et les plus modestes, et de façon générale, le numérique a été jugé utile mais non indispensable pour supporter le confinement».

De fait, à lire ce rapport, on a le sentiment que le confinement a joué comme un miroir. «Les personnes âgées les plus isolées vivent une sorte de confinement permanent, avec une triple peine isolement-précarité-exclusion numérique et ont pu se sentir complètement abandonnées pendant la crise», explique ainsi la déléguée générale des Petits Frères des pauvres, Armelle de Guibert. Elle en veut pour preuve ces témoignages qui jalonnent le document. «Je me sens seule. Personne ne vient me voir. Je tourne en rond dans ma chambre. Les journées sont interminables», témoigne ainsi Claudette, 87 ans. «La première chose que je ferai à la fin du confinement, c’est aller parler aux gens que je connais. Ils doivent penser que je suis morte !» dit une autre. Sans compter le sentiment inquiet de bénévoles, telle Joëlle à Avignon : «J’ai peur qu’il y ait beaucoup de dégâts. Une des dames qu’on accompagne m’a dit qu’elle passe parfois des journées entières à pleurer.»

Le plus impressionnant est peut-être ce qui s’est passé loin des villes, dans le vert pas toujours chatoyant des campagnes. «Nous sommes dans une région très rurale, avec de la montagne et des lieux d’habitation très reculés», raconte une bénévole de l’est de la France. Certaines personnes que nous accompagnons n’ont pas de moyen de transport. La plupart ont des retraites très faibles, 400 à 600 euros. Aucun n’a Internet. Et il y a toujours des zones sans aucune connexion. Nous sommes souvent leurs seuls proches, leur seul lien avec l’extérieur. C’est vraiment un cri d’alerte que je pousse. Je me demande si les gens haut placés de Paris savent vraiment ce qu’est l’isolement. Je peux leur en présenter des personnes âgées totalement isolées pour qu’ils comprennent». De nombreux témoignages pointent aussi la solitude aggravée des Ehpad, où les bénévoles de l’association ont été du jour au lendemain exclus.

L’association s’inquiète, enfin, des tentatives de «marchandisation du lien social», évoquant ainsi les propositions commerciales d’entreprises qui envoient des étudiants «faire des visites dites de convivialité» chez des seniors. «Un aîné isolé devrait-il payer pour parler ou jouer à un jeu de société avec quelqu’un ?», s’interrogent les Petits Frères. «Cet isolement, ce n’est pas que pendant une crise, pas que pendant une canicule, c’est toute l’année. Mais voilà, la question de la solitude reste un impensé de nos politiques publiques», conclut la déléguée de l’Association.

08.06.20

Dans la ville, frappée par le virus dès février, la vie reprend son cours. Patients guéris, commerçants, personnels de première ligne… «Libé» a rencontré ceux qui gardent en tête le souvenir pas si lointain du pic de l’épidémie.

08.06.20

Après plus de cinq mois de déscolarisation, la rentrée de septembre s’annonce chaotique dans un contexte de crise sociale et scolaire qui frappe en priorité les territoires et les populations les plus démunis.

08.06.20

En France
Bilan. L’épidémie de Covid-19 continue de marquer le pas en France. Dimanche, le bilan quotidien en hôpital (13 morts) était ainsi le plus faible…

05.06.20

Quels indicateurs allons-nous privilégier pour sortir de la crise ? Ceux de la croissance et de l’économie ? Ou aura-t-on le courage de penser différemment…

07.06.20

Construire un environnement sain, favorable à la santé de tous et plus précisément envers les plus vulnérables, est un enjeu majeur si l’on veut agir pour une relance plus écologique et équitable.

05.06.20

Après plus de cinq mois de déscolarisation, la rentrée de septembre s’annonce chaotique dans un contexte de crise sociale et scolaire qui frappe en priorité les territoires et les populations les plus démunis.

03.06.20

Ils sont en seconde. Ils n’ont toujours pas regagné leur lycée parisien. Mais ensemble, l’un après l’autre, à l’initiative de leur professeure de lettres, ils ont tenu un journal de leur confinement.

07.06.20

De nouveaux groupes de contamination, majoritairement dans les établissements de santé, sont découverts chaque semaine, essentiellement depuis le 11 mai. Mais aucune «diffusion non contrôlée» n’aurait été rapportée, selon Santé publique France.

05.06.20

Le philosophe Henri Pena-Ruiz réagit au texte d’Alain Policar paru dans «Libération» à propos de la revue lancée par Michel Onfray.

03.06.20

Ecrit par l’anthropologue Frédéric Keck avant la crise du Covid-19, «les Sentinelles des pandémies» montre que l’observation des oiseaux permet de traquer et de prévenir l’émergence de nouveaux virus susceptibles de passer de l’animal à l’homme.

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMiYmh0dHBzOi8vd3d3LmxpYmVyYXRpb24uZnIvZnJhbmNlLzIwMjAvMDYvMDkvdmlldXgtZXQtY29uZmluZS11bmUtZXByZXV2ZS12ZWN1ZS1pbmVnYWxlbWVudF8xNzkwNjI00gFqaHR0cHM6Ly93d3cubGliZXJhdGlvbi5mci9hbXBodG1sL2ZyYW5jZS8yMDIwLzA2LzA5L3ZpZXV4LWV0LWNvbmZpbmUtdW5lLWVwcmV1dmUtdmVjdWUtaW5lZ2FsZW1lbnRfMTc5MDYyNA?oc=5

News РVieux et confin̩, une ̩preuve v̩cue in̩galement

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here